loader image

Alimentation comme espace d’expression identitaire : l’exemple de N’gajikarassou auprès des kanuri du Niger

AUTEURS : Ibrahim MALAM MAMANE SANI

Résumé

Les études ayant pour objet l’alimentation restent nombreuses et thématiquement variées. D’abord abordée sous un angle nutritionnel, l’alimentation revêt de plus en plus, un centre d’intérêt socio anthropologique accru ; à la lumière des paramètres culturels et locaux qui orientent le comportement du groupe par rapport aux types et catégories d’aliments. C’est dans ce cadre que cette réflexion, qui se veut être une modeste contribution à la socio-anthropologie de l’alimentation, fait sien, ces aspects patrimoniaux. En effet, en tant que patrimoine matériel et immatériel, le fait alimentaire connaît, aujourd’hui, un véritable engouement ; ceci est d’autant plus une réalité, au regard des théories et débats qui se dessinent et se redessinent, en transcendant la dimension traditionnelle strictement nutritionnelle ; pour engager les déterminants sociaux et culturels. Fort de ce constat, l’étude révèle que l’alimentation devient un système complexe qui s’identifie au gré des réalités locales et culturelles des communautés. L’exemples des Kanuri du Niger. Au-delà, les résultats de cet article, révèlent qu’au regard des enjeux souvent complexes, qui caractérisent le système social alimentaire des communautés Kanuri, un constat s’impose : les attributs liés aux problématiques alimentaires deviennent, non plus, l’apanage de seuls nutritionnistes et/ou agronomes, mais un terrain d’expérimentation où se croisent et s’entremêlent des formes de savoirs locaux aux allures de socio-anthropologie de connaissance. C’est même la quintessence de cette réflexion axée sur des données empiriques résultant d’une méthodologie typiquement qualitative.

Abstract

Studies focusing on food remain numerous and thematically varied. First approached from a nutritional angle, food is increasingly taking on a center of increased socio-anthropological interest; in light of cultural and local parameters that guide group behavior in relation to food types and categories. It is in this context that this reflection, which aims to be a modest contribution to the socio-anthropology of food, embraces its heritage aspects. Indeed, as a material and intangible heritage, food is experiencing real popularity today; this is all the more a reality, in view of the theories and debates which are taking shape and being redrawn, transcending the traditional, strictly nutritional dimension; to engage social and cultural determinants. Based on this observation, the study reveals that food becomes a complex system which is identified according to the local and cultural realities of the communities, for example the Kanuri of Niger. Beyond that, the results of this article reveal that in view of the often complex issues which characterize the social food system of Kanuri communities, one observation emerges: the attributes linked to food issues are no longer becoming the prerogative of only nutritionists and/or agronomists, but a field of experimentation where forms of local knowledge that resemble socio-anthropology of knowledge intersect and intermingle. It is even the quintessence of this reflection focused on empirical data resulting from a typically qualitative methodology.


Ó Référence électronique

Ibrahim MALAM MAMANE SANI, « Alimentation comme espace d’expression identitaire : l’exemple de N’gajikarassou auprès des kanuri du Niger », Revue Espaces Africains (En ligne), 3 | 2023 (Varia), Vol. 2,  ISSN : 2957- 9279, mis en ligne, le 30 décembre 2023, p. 22-31.


 


 

 



La revue Espaces Africains est adossée au groupe de recherche pluridisciplinaire et international Populations, Sociétés & Territoires (PoSTer) basé à l’Université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG) de Daloa en Côte d’Ivoire.