loader image

Analyse de l’accessibilité à l’eau dans le quartier Oyack à Douala – Cameroun

AUTEURS : Thomas-Éric NDJOGUI - AMÉLIE-EMMANUELLE MAYI – Clarisse NGO NKOMHA

Résumé

L’accès à l’eau potable figure parmi les Objectifs de Développement Durable. En ce début du XXIe siècle en effet, plusieurs ménages n’ont pas accès à une eau potable surtout dans les métropoles des pays du Sud à l’instar de Douala au Cameroun. Cette étude, menée dans le quartier Oyack, a eu pour principal objectif d’analyser l’accessibilité à l’eau par les ménages à travers l’identification des sources d’approvisionnement en eau, l’évaluation de la distance entre les ménages et les points d’eau, de l’accessibilité économique et de la qualité de l’eau consommée. Pour y parvenir, l’approche méthodologique mixte a été privilégiée. La collecte des données s’est appuyée sur la recherche documentaire, les observations de terrain, les entretiens semi-directifs, le sondage d’un échantillon de 72 ménages et les analyses de laboratoire. Elle a mis en exergue la forte sollicitation des puits à Oyack 2 et des forages à Oyack 1. Cette multiplicité des modes d’accès à l’eau résulte de l’effet conjugué de la cherté du service public, de l’eau et du bas niveau du revenu des ménages. Elle permet néanmoins de réduire la distance entre ces derniers et les points d’eau. Cependant, cette étude révèle que l’eau recueillie dans ces différentes sources est polluée et riche en micro-organismes pathogènes, notamment les coliformes fécaux, les coliformes totaux et les streptocoques. Ainsi, la consommation de l’eau des sources, des puits et des forages du quartier Oyack expose les consommateurs à divers risques sanitaires ; d’où l’urgence et la nécessité d’intensifier la sensibilisation des populations à l’hygiène, à l’assainissement et des contrôles sanitaires réguliers. Les ménages devraient également être outillés à la protection et à la désinfection des points d’eau, des supports de collecte et de stockage de l’eau.

 

Abstract

Access to drinking water is a fundamental objective of sustainable development. However, even in the beginning of the 21st century, many households, particularly those in metropolitan areas of southern cities like Douala in Cameroon, still lack access to safe drinking water. The focus of this study was to investigate the availability and quality of water supply in the Oyack district. To accomplish this, a mixed-methods approach was employed, consisting of documentary research, field observations, semi-structured interviews, and sampling of 72 households, in addition to laboratory analyses. The findings of the study revealed that residents of Oyack heavily depend on wells in Oyack 2 and boreholes in Oyack 1 as their primary water sources. The use of multiple water sources is a consequence of the prohibitively expensive public water service and the limited financial resources of households. However, this diverse range of water sources does help to decrease the distance between households and water access points. Unfortunately, the study also discovered that the water collected from these sources is contaminated with pathogenic micro-organisms, including faecal coliforms, total coliforms, and streptococci. Consequently, consuming water from springs, wells, and boreholes in the Oyack district poses serious health risks to the inhabitants. This underscores the urgent need for enhanced awareness campaigns on hygiene and sanitation, as well as regular health check-ups. Moreover, households should be equipped with resources to safeguard and disinfect water access points, as well as water collection and storage facilities.


Ó Référence électronique

Thomas-Éric NDJOGUI, AMÉLIE-EMMANUELLE MAYI, Clarisse NGO NKOMHA, « Analyse de l’accessibilité à l’eau dans le quartier Oyack à Douala – Cameroun », Revue Espaces Africains (En ligne), 3 | 2023 (Varia), ISSN : 2957- 9279, mis en ligne, le 30 décembre 2023,  p.56-76.


 

La revue Espaces Africains est adossée au groupe de recherche pluridisciplinaire et international Populations, Sociétés & Territoires (PoSTer) basé à l’Université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG) de Daloa en Côte d’Ivoire.